Le Pakistan en état de choc

Jeudi 18 décembre 2014

Anéantis, sous le choc, en colère, dévastés. Voici l’état général des gens au Pakistan. Comment des tueurs ont-ils pu exécuter de sang froid de jeunes écoliers, de jeunes enfants innocents. Cela dépasse l’horreur, cela dépasse tout ce que l’on a jamais pu imaginer.

photo (1)

Commerces fermés, drapeaux en berne, concerts annulés, écoles fermées, veillées aux chandelles un peu partout. Trois jours de deuil national.

veillée aux chandelles

Sur les réseaux sociaux ne cessent d’affluer les photos du massacre, les photos des enfants, pleins de vie alors. Nombreux sont ceux qui ont une connaissance ayant un enfant, un neveu, une mère disparu.

Merci de regarder cette video jusqu’à la fin :

Ces vies dévastées en une fraction de seconde, ces enfants qui avaient toute la vie devant eux.

enfants chandelle

Hier soir, au lendemain de la tragédie, spontanément des veillées aux chandelles se sont organisées. Des femmes, des enfants surtout.

Certaines ont laissé éclater leur colère, d’autres leur tristesse.

 Veillée aux chandelles, Islamabad

Et pour bien comprendre ce qui s’est passé, voici un article assez complet, cela aussi il faut le lire : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2877148/Pictured-teacher-burnt-death-class-children-married-soldier-scale-destruction-inside-Taliban-massacre-school-emerges.html

http://www.bbc.com/news/world-asia-30521627

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]

Tragédie nationale au Pakistan (updated)

Mardi 16 décembre 2014 (updated)

135 victimes, dont 123 enfants, et de très nombreux blessés. Voici le carnage qui a eu lieu aujourd’hui dans une école militaire de Peshawar, l’Army Public School. Une immense tragédie pour le Pakistan. Le Premier Ministre, Nawaf Sharif, s’est immédiatement rendu à Peshawar alors que l’opération était encore en cours et a décrété trois jours de deuil national.

Pour la première fois, ce sont des enfants qui ont été visés. Des écoliers. Une école où étaient inscrits 1099 écoliers, dont 80% d’enfants de militaires âgés de six à 16 ans. En fin de matinée, sept terroristes vêtus d’uniformes militaires ont pénétré dans les lieux comportant de nombreux bâtiments puis ont procédé méthodiquement, classe par classe, abattant le plus d’enfants possible.

La plupart des enfants assassinés avaient entre 13 et 16 ans, abattus froidement d’une balle dans la tête à bout portant. La principale du collège, Tahira Qadri, elle aussi abattue après avoir héroïquement tenté de secourir le plus d’enfants possible :

« Tahira Qazi, a true martyr who saved many students, a true hero!

Tahira Qazi, the Army Public school’s Principal martyred and sacrificed her own life saving many students. As by eyewitness news, Tahira Qazi could have easily rescued herself but she decided to stay back and started saving and helping the rescue of many students till the terrorist beasts caught her and held her hostage for sometimes till they shot her…She saved dozens of kids… What a great lady!!! I salute this great soul who needs our recognition… Real hero!!!  » Zeena.

Selon de jeunes rescapés, les terroristes auraient demandé : « Qui est enfant de militaire ? » avant d’abattre ceux qui répondaient par l’affirmative. Un rescapé de seize ans, Salman, blessés aux jambes s’en est sorti en faisant le mort. Il a raconté à l’Express Tribune : « L’un d’eux a crié : ‘Il y a plein d’enfants sous les bancs ! Attrape-les !’ J’ai vu une paire de grosses bottes noires venir vers moi puis j’ai ressenti un mal brûlant au moment où il a tiré dans mes deux jambes. Alors j’ai décidé de faire le mort et attrapé ma cravate que j’ai mise en boule et poussé dans ma bouche afin de ne pas crier. L’homme avec ses grosses bottes continuait à chercher des étudiants et à tirer dans les corps. Je suis resté allongé et j’ai fermé les yeux, attendant qu’il me tire une nouvelle fois dessus. Mon corps tremblait. Je n’oublierai jamais ces bottes noires qui s’approchaient de moi. C’était comme la mort qui venait vers moi. »

Dans la matinée, l’opération encore en cours a été revendiquée par les Taliban pakistanais, le TTP. Pour venger leurs enfants tués dans les opérations militaires menées dans le Nord-Waziristan. En effet l’Armée pakistanaise mène une opération d’envergure dans le Nord Waziristan, Zarb-e-Azb, lancée le 15 juin 2014.

Durant toute la journée, le Pakistan a été tenu en haleine durant les opérations de secours. Alors que les terroristes continuaient à se défendre contre les militaires, les hôpitaux débordés devant l’afflux de tant de blessés lançaient des appels d’urgence aux dons de sang, notamment O-. L’on pouvait voir des parents éplorés dans les salles d’hôpital.

Ce sont donc les militaires pakistanais qui sont visés. Ce soir, alors que l’intervention vient juste de se terminer, le chef des armées déclarait :  » Ils ont frappé au coeur de la nation, mais laissez-moi réaffirmer qu’en aucun cas ils n’affaibliront la volonté d’une grande nation. »

Et en effet dès aujourd’hui une dizaine de frappes doivent viser dès aujourd’hui l’Agence de Khyber, dans les zones tribales.

Le Pakistan semble déterminé – et plus que jamais – à se débarrasser une bonne fois pour toutes des Taliban dans les zones tribales (FATA).

Il est 19:30 au Pakistan, l’opération est terminée mais le pays est sous le choc et le sinistre décompte à peine croyable : 135 morts – la plupart des enfants -, dont les sept terroristes et 121 blessés.

21:00 : 141 morts dont 132 enfants.

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]