Au Pakistan, vacciner contre la polio tue

Polio vaccination in Pakistan. DR

Début 2013, dans le canton de Bara (zones tribales du Pakistan), les Taliban ont mis à l’amende 12 pères de famille pour avoir laissé vacciner leur enfant. Sommés de s’expliquer en vain devant une assemblée d’hommes armés pendant deux heures, ils ont finalement dû payer 20 000 rupees (environ 170 euros), une somme très importante pour la région.

Si ces pères de familles s’en sont bien sortis, d’autres n’ont pas eu cette chance. Notamment les travailleurs sociaux participant aux campagne sde vaccinatin.

Le 7 décembre 2012, une jeune fille, Anissa, est assassinée pour avoir travaillé à une campagne de vaccination.

A la mi-décembre, six personnes procédant aux vaccinations sont tuées, en trois attaques distinctes : cinq – dont 4 femmes – à Karachi et une femme à Peshawar. Quelques jours plus tard, trois autres personnes sont abattues, portant à 9 le nombre de victimes du mois de décembre.

Le 1er janvier 2013, de nouveau, sept travailleurs sociaux dont certains vaccinaient contre la polio sont abattus.

Début février, deux autres personnes vaccinant contre la polio sont tuées par une bombe placée sur le bord de la route.

Bilan de ces derniers mois : 19 morts liées à ces vaccinations.

Le Pakistan est un des derniers pays au monde où la polio reste endémique, avec l’Afghanistan et le Nigéria (voir note « Polio : l’exception pakistanaise » de ce blog). En 2011 il détenait le record mondial de cas, 198,  avec le maximum d’occurrences dans les zones tribales, 58 cas en 2012, le plaçant numéro 2 mondial après le Nigéria et avant l’Afghanistan, et détient de nouveau le record mondial avec 5 cas depuis le début de 2013.

En Afghanistan, mêmes problèmes liés à ces vaccinations. Le 12 mars, un programme de vaccination en cours dans les districts reculés de Kamdesh et Waygal (province du Nuristan, Nord-est de l’Afghanistan), a dû être interrompu à cause de menaces. Selon The Guardian, les Taliban auraient nié être responsables de ces menaces, mais accusent des combattants étrangers présents dans le Nuristan et ayant des idées extrêmement dures, d’en être à l’origine.

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]