Pakistan, vallée de Tirah. « Je ne pouvais plus porter ma fille, j’ai dû la laisser », pleure un vieil homme

Populations fuyant les combats. Ils deviendront des « IDPs » habitant de camps. Photo Rferl

Jeudi 21 mars 2013, jour de Nowruz, terrible jour pour les habitants de la vallée Tirah

 » Nous avons dû marcher pendant plus de dix heures avant d’atteindre un lieu sûr ! »

Les habitants de la vallée de Tirah fuient comme ils le peuvent les combats où s’affrontent des groupes de combattants – le TTP et AI – : à poney, à âne, à pieds ou dans des véhicules fournis par les autorités.

Selon The news, 10 personnes âgées et femmes enceintes seraient mortes en cours de route, car sans moyen de locomotion. Un autre vieillard, raconte en pleurant (The News) qu’il a dû abandonner sa fille handicapée car il n’a pu la porter.

Ils pourraient être plusieurs dizaines de milliers. Depuis le début de la semaine déjà, quelques brèves ça et là étaient apparues dans la presse, laissant deviner l’ampleur des combats et le calvaire des populations civiles de la vallée de Tirah. Mais aucun gros titre.

Selon un membre d’une ONG chargée de les acceuillir, 200 000 personnes auraient abandonné leur maison et fui Tirah par peur des combats. Ils se dirigent vers les camps de Hangu, Kohat et Nowshera.

Selon un confrère de The News, « la plupart des victimes sont des femmes, des enfants et des personnes âgées qui n’ont d’autre option que de descendre à pieds par les montagnes, durant plusieurs heures, ou à âne et poney. » Certains d’entre eux, déjà arrivés à Peshawar, se sont dirigés vers les bazars pour demander l’aumône.

Alors que les réfugiés affluent, une bombe vient d’exploser (21 mars) à l’entrée du camp de Jalozai, dernier bilan, dix sept morts, trente-six blessés. Le TTP en a nié la responsabilité.

Les violents combats durent depuis deux mois dans la vallée de Tirah, ils auraient fait 250 morts parmi les combattants. 32916 personnes ont fui (FDMA).

Pour un historique, voir : « Turf war: After intense clashes, militants occupy Tirah »

Selon The Express Tribune, après avoir pris le contrôle de la vallée mardi, les militants du TTP et du AI auraient détruit le système de communication. Les habitants auraient hissé des drapeaux blanc en signe de rédition au TTP.

Aujourd’hui, nous apprenons via The News que l’armée préparerait une action pour déloger les militants car ces problèmes de sécurité pourraient jeter de l’ombre à la préparation des élections du 11 mai. La vallée de Tirah est en effet une zone stratégique, Peshawar n’en est pas loin.

A lire, ce papier de M Ilyas Khan (BBC) sur l’exode dramatique des populations : The families fleeing Pakistan’s militant infighting.

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]

Happy new year Pakistan !

Réfugiés afghans aux environs d’Islamabad. « Nous n’avons pas de vie. Nous laissons passer le temps. » Copyright photo Sylvie Lasserre.

Mardi 1er janvier 2013

Sept enseignants (6 femmes et un homme) travaillant pour une ONG viennent d’être assassinés par balle ce matin alors qu’ils circulaient en voiture près de Swabi (Khyber Pakhtunkwa).

Un leader Shiite assassiné ce matin également lors d’une procession à Chiniot près de Faisalabad (Punjab).

Explosion d’un bus près de Karachi faisant 1 mort et 30 blessés.

Quant au bilan de l’année 2012 :

118 Kashmiri morts en martyrs.

502 shiites tués

365 personnes tuées dans des attaques-suicide, 607 blessées.

2095 personnes tuées, proies d’attaques ciblées à Karachi.

3243 kidnappings

10 journalistes tués

Près de 1000 personnes tuées et plus de 2500 blesséés dans des attentats à la bombe.

Morts liées au terrorisme : 3007 civils, 732 membres des forces de sécurité et 2472 terroristes/insurgés.

Paysans pachtounes des zones tribales déplacés provisoirement – pour deux ou trois ans  » dans le camp de Jalozai près de Peshawar. Copyright photo Sylvie Lasserre.

N’oublions pas les 135 soldats victimes de l’avancée brutale du glacier de Siatchen, ni les 300 victimes du brasier de l’usine de textiles Ali Enterprises à Karachi.

Ni les 10 millions de personnes ayant perdu leur emploi dans le Punjab et les 30 millions dans le Sindh à cause des coupures de courant,

Ni les IDPs (Internally Displaced Persons), victimes du terrorisme, ni les IDPs, victimes des inondations catatrophiques,

Ni les victimes civiles d’attaques de dronesUS,

Ni les enfants privés de scolarité car leurs écoles ont sauté (96 écoles cette année selon Human Rights Watch)…

Voir aussi : Report indicates drastic increase in sectarian violence in 2012

Happy new year Pakistan !

[wpsr_addthis] [wpsr_retweet] [wpsr_facebook]