Quand l’Hindu Kush se réveille : plus de soixante secousses en moins de 3 mois

Lundi 18 janvier 2016

gol shafiq

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]

Le 26 octobre 2015, un fort séisme de magnitude 7.5 secouait l’Hindu Kush et était ressenti en Ouzbékistan, au Tadjikistan, en Afghanistan et en Inde, occasionnant près de 400 morts au Pakistan et en Afghanistan.

Depuis, selon les enregistrements de CSEM/EMSC, 58 séismes de magnitude significative, c’est-à-dire supérieure à 4, se sont succédé, affolant les habitants de Tashkent à Islamabad en passant par Dushanbe, Peshawar et Kaboul :

26/10/15 : magnitude 7.5, profondeur 207 km

26/10/15 : magnitude 4.7, profondeur 190 km

26/10/15 : magnitude 4.8, profondeur 192 km

26/10/15 : magnitude 4.0, profondeur 217 km

26/10/15 : magnitude 4.6, profondeur 192 km

26/10/15 : magnitude 4.1, profondeur 206 km

26/10/15 : magnitude 4.2, profondeur 213 km

26/10/15 : magnitude 4.5, profondeur 200 km

27/10/15 : magnitude 3.8, profondeur 191 km

27/10/15 : magnitude 4.1, profondeur 209 km

27/10/15 : magnitude 4.0, profondeur 210 km

27/10/15 : magnitude 4.2, profondeur 200 km

27/10/15 : magnitude 4.0, profondeur 196 km

27/10/15 : magnitude 4.0, profondeur 204 km

27/10/15 : magnitude 4.0, profondeur 192 km

27/10/15 : magnitude 4.7, profondeur 200 km

27/10/15 : magnitude 4.3, profondeur 201 km

28/10/15 : magnitude 4.1, profondeur 211 km

28/10/15 : magnitude 4.0, profondeur 215 km

28/10/15 : magnitude 4.5, profondeur 210 km

28/10/15 : magnitude 4.4, profondeur 196 km

28/10/15 : magnitude 4.2, profondeur 205 km

29/10/15 : magnitude 4.3, profondeur 195 km

01/01/15 : magnitude 4.2, profondeur 200 km

01/01/15 : magnitude 4.7, profondeur 204 km

01/11/15 : magnitude 4.0, profondeur 206 km

05/11/15 : magnitude 4.0, profondeur 196 km

06/11/15 : magnitude 4.2, profondeur 205 km

09/11/15 : magnitude 4.6, profondeur 183 km

15/11/15 : magnitude 4.6, profondeur 212 km

17/11/15 : magnitude 4.1, profondeur 220 km

18/11/15 : magnitude 4.3, profondeur 187 km

22/11/15 : magnitude 5.8, profondeur 95 km

23/11/15 : magnitude 4.3, profondeur 112 km

24/11/15 : magnitude 4.1, profondeur 196 km

25/11/15 : magnitude 4.0, profondeur 170 km

30/11/12 : magnitude 4.3, profondeur 120 km

02/12/15 : magnitude 4.7, profondeur 40 km

07/12/15 : magnitude 4.5, profondeur 110 km

11/12/15 : magnitude 4.1, profondeur 198 km

14/12/15 : magnitude 4.4, profondeur 209 km

14/12/15 : magnitude 4.3, profondeur 136 km

15/12/15 : magnitude 4.1, profondeur 86 km

25/12/15 : magnitude 6.3, profondeur 212 km

28/12/15 : magnitude 4.0, profondeur 192 km

28/12/15 : magnitude 4.1, profondeur 101 km

29/12/15 : magnitude 4.0, profondeur 47 km

29/12/15 : magnitude 4.4, profondeur 204 km

01/01/16 : magnitude 4.5, profondeur 205 km

02/01/16 : magnitude 5.2, profondeur 178 km

07/01/16 : magnitude 4.3, profondeur 191 km

08/01/16 : magnitude 5.1, profondeur 212 km

13/01/16 : magnitude 5.7, profondeur 237 km

13/01/16 : magnitude 4.7, profondeur 80 km

14/01/16 : magnitude 4.0, profondeur 195 km

15/01/16 : magnitude 4.2, profondeur 200 km

16/01/16 : magnitude 4.4, profondeur 200 km

17/01/16 : magnitude 4.6, profondeur 80 km

18/01/16 : magnitude 4.9, profondeur 80 km

Pour comprendre ce qui se passe : Séisme en Afghanistan : quand le continent indien fonce vers l’Eurasie.

La question est : ces secousses qui se succèdent à un rythme soutenu augurent-elles d’un méga-séisme ?

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]

Meurtre dans l’Hindu Kush

Lundi 27 juillet 2015

Avez-vous jamais entendu parler de George Hayward ? L’un des explorateurs d’Asie centrale de l’époque du Grand Jeu les plus remarquables et brillants ; et le seul d’entre tous à avoir obtenu un financement de la Royal Geographical Society. Sa mission : explorer le Turkestan oriental et le Pamir, découvrir la source de l’Oxus.

George Hayward. Source : https://yasinviewpoint.wordpress.com/category/images/

George Hayward (1839 – 1870). Source : https://yasinviewpoint.wordpress.com/category/images/

Sans doute n’est-il pas passé à la postérité, contrairement à nombre d’autres explorateurs du Grand Jeu, parce qu’il n’a pas laissé de récit de ses voyages. Juste des lettres de rapport et des comptes-rendus d’une qualité et d’une précision remarquables.

Qui sait par exemple qu’il côtoya Robert Shaw (l’oncle de Francis Younghusband) dans les geôles du terrible Yakub Beg, l’Emir de Kashgarie ? Hayward reçut la médaille d’or de la Royal Geography Society en 1870, Shaw en 1872. Tous deux pour leur voyages dans le Turkestan oriental.

durand_mapMais la même année, alors qu’il se rendait du Kashmir au Badakhshan à la recherche des sources de l’Oxus (l’actuelle Amu Darya), il fut victime d’un complot. Après avoir quitté Gilgit, dès qu’il eut établi son campement dans la vallée de Yasin, il comprit qu’il était en danger. Trop de monde dans ce petit hameau. Les témoins racontent qu’il passa la nuit éveillé, assis à sa table de travail, sur le qui-vive, une torche dans une main, une arme dans l’autre. Mais au petit matin il lâcha la garde et s’endormit. C’est alors que ses assassins s’emparèrent de lui :

« Alors Kukaki entra dans la tente avec une corde ramassée parmi les bagages, et pendant que les autres tenaient en échec les serviteurs et les ligotaient, lui, avec l’aide d’autres, se saisit de Mr. Hayward et lui attacha les mains dans le dos. Et puis il les conduisit lui et ses serviteurs loin hors du camp, dans la forêt à plus d’un kilomètre tandis que Mr. Hayward leur proposait une rançon pour avoir la vie sauve. Arrivés à l’endroit voulu, Shah Dil Ilman sortit son épée et d’un coup lui trancha le cou. Et pendant ce temps il était en train de dire une prière. Au même moment, quatre des cinq serviteurs étaient tués à proximité. Ils recouvrirent les corps de tas de pierres et s’en allèrent. » Témoignage de Frederick Drew , membre de la Geological Society, qui enquêta sur sa mort.

L’on rapatria sa dépouille à Gilgit et il fut enterré dans un verger près du fort.

Pierre tombale sur la tombe de George Hayward à Gilgit, érigée par le Maharaja du Kashmir.

Pierre tombale sur la tombe de George Hayward à Gilgit, érigée par le Maharaja du Kashmir.

Enfin, depuis peu, ce personnage étonnant sort de l’ombre, notamment grâce à un livre : « Murder in the Hindu Kush« .

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]

Pakistan. A la poursuite des fées de l’Hindu Kush.

Pour la petite histoire, les fées n’ont visiblement pas apprécié ce reportage… Nous avons failli périr dans une mort atroce, brûlés vifs dans le bus sur la route du retour vers Islamabad et c’est un miracle si nous en avons réchappé en réussissant à sauter par les fenêtres au risque de nous rompre le cou. Quelques mois plus tard, le disque dur qui contenait mes photos de l’Hindu Kush, un mois de reportages – tombait, rendant l’âme…

Extrait du reportage radio

Au nord du Pakistan, dans la vallée de Chitral et les montagnes de l’Hindu Kush, tout le monde croît aux fées, qu’on appelle ici « pari ». Leur royaume se trouve au sommet du Tirich Mir, un sommet majestueux qui s’élève à 7708 mètres d’altitude. Les fées sont belles, tombent amoureuses des humains, et parfois même deviennent leurs alliées, s’exprimant par leur bouche. Un reportage de Sylvie Lasserre pour Détours, RTS (Radio Télévision Suisse). Copyright RTS

Emission intégrale : www.rts.ch/la-1ere/programmes/…-du-18-12-2012.html

Reportage effectué en juillet 2012.

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]

Pakistan. Le Festival de Polo de Shandur aura-t-il lieu ?

Le match de la finale du Festival de Polo de Shandur. © Sylvie Lasserre

Le festival de polo de Shandur se targue d’être le plus haut du monde puisqu’il se déroule au col de la Shandur, dans l’Hindu Kush au Nord du Pakistan, à 3719 mètres d’altitude. A mi-chemin entre Gilgit et Chitral, les équipes des deux anciens royaumes ont pris l’habitude de s’y affronter chaque année au début du mois de juillet : « Nous avions l’habitude de régler ainsi nos différents, » explique le prince de Chitral, Siraj Ul Mulk, ancien capitaine de l’équipe de Chitral, aujourd’hui conduite par son frère Sikandar Ul Mulk.

Sikandar Ul Mulk, capitaine de l’équipe de Chitral qui vient de remporter le festival de polo de Shandur 2012. © Sylvie Lasserre

Malgré les difficultés pour s’y rendre, il est de bon ton de s’y montrer. On y a même vu le duc d’Edinburgh en 1997 et la princesse Diana en 1991.

Mais désormais le Festival est devenu un événement à haut risque. Avec les problèmes de sécurité croissants dans le pays, le festival est déserté par les étrangers. Le prince William et la princesse Kate, invités au festival de 2012, ont décliné l’invitation.

J’ai eu la chance de pouvoir m’y rendre en 2012, accompagnée d’un garde du corps et de sa Kalachnikov – les gardes du corps sont désormais obligatoires pour tout étranger se déplaçant dans la province. Beaucoup de monde mais pas un seul touriste étranger. Uniquement des locaux et des touristes pakistanais. Déploiement de forces de sécurité inédit. Checks posts, soldats, police… « La situation est sous contrôle, » m’indique justement le responsable de la sécurité, refusant d’évoquer les risques. Et effectivement le festival s’était déroulé sans incident.

Arrivée au col de la Shandur, après tant d’heures et de jours sur la piste… © Sylvie Lasserre

Si vous voulez vous faire une idée de l’ambiance, voici un extrait de mon reportage radio : Le festival de polo de Shandur. Notez au passage la beauté des chants chitrali… Reportage complet pour RTS (Radio Télévision Suisse) ici : Les merveilles de l’Hindu Kush, le polo libre de Shandur.

S’y rendre n’est pas une sinécure. Trois jours de piste depuis Chitral (je ne parle pas du trajet Islamabad Chitral par la route, cela fera l’objet d’une prochaine note…). Le col de la Shandur est très isolé et difficile d’accès. Seule y mène une piste poussiéreuse, qui longe un précipice et ne fait que monter. Des haltes de nuit dans des oasis de verdure, véritables petites perles égrenées le long de la rivère Chitral. Buni, Mastuj, Laspur…

Laspur, une des quelques oasis de verdure sur la route du col de la Shandur © Sylvie Lasserre.

A l’époque des débuts du festival, les cavaliers s’y rendaient à cheval, depuis Gilgit et Chitral. Leur voyage durait neuf jours.

En 2012, c’est Chitral, comme presque chaque année, qui a remporté contre Gilgit. Au retour, les enfants des villages, désireux de voir passer la très longue file des véhicules de retour de Shandur, s’étaient postés au bord de la piste, criant, joyeux, au passage de la caravane : « Chitral Zindabad! »

L’équipe de Chitral vient de marquer un but. © Sylvie Lasserre

Mais une mauvaise nouvelle est tombée cette année (2013) le festival n’aura probablement pas lieu. En effet la piste qui y mène a été dévastée par des inondations sur plus d’un kilomètre. Au mieux il doit être reporté, ce qui paraît peu probable. La nouvelle date sera déterminée après la fin du ramadan, début août (voir Shandur Polo Festival cancelled) car, comble de malchance, le ramadan a commencé le 10 juillet au Pakistan. Impossible d’organiser un tel événement durant le mois de jeûne.

Quelques photos : Shandur Polo Festival 2012

[wpsr_addthis][wpsr_retweet][wpsr_facebook]

Pakistan. A la rencontre des fées de l’Hindu Kush

Au loin, le sommet du Tirich Mir, 7708 mètres, royaume des fées. Copyright Sylvie Lasserre

Dans la vallée de Chitral et les montagnes de l’Hindu Kush, tout le monde croît aux fées, qu’on appelle ici « pari ». Leur royaume se trouve au sommet du Tirich Mir, un sommet majestueux qui s’élève à 7708 mètres d’altitude. Les fées sont belles, elles peuvent tomber amoureuses des humains, et parfois même devenir leurs alliées, s’exprimant par leur bouche. Un reportage radio de Sylvie Lasserre pour Détours, RTS (Radio Télévision Suisse). Copyright juillet 2012.

Ecoutez : Les merveilles de l’Hindu Kush. Rencontre avec les fées

Ecouter l’émission intégrale : Détours du 18.12.2012

[wpsr_addthis] [wpsr_retweet] [wpsr_facebook]