Pakistan. « Les Pathans » ou Pachtounes

Le Pathan ? Plus communément appelé Pachtoune, et confondu à tort avec le « Taliban »…

En voici une description, ma foi fort juste, faite par Ghani Khan (1914 – 1996), fils du grand Bacha Khan (dirigeant politique pacifique de la NWFP), considéré comme le plus grand poète pachtoune du 20e siècle, dans son livre « The Pathans », 1947 :

« Il a les cheveux longs, soigneusement huilés et peignés, enveloppés dans un foulard de soie rouge qu’il enroule autour de sa tête comme la couronne de César. Il porte une fleur dans les cheveux et du khol sur ses yeux. Ses lèvres sont teintes de rouge avec de l’écorce de noyer. Il tient son sitar à la main et sa carabine à l’épaule. Vous penserez qu’il est très efféminé jusqu’à ce que vous ayiez regardé ses yeux. Son regard est clair, viril et audacieux. Il ne connaît pas la peur et ne vivra pas suffisamment longtemps pour connaître la mort. Il paie le prix le plus somptueux pour ces yeux faits et ces lèvres peintes. Ce fils de la tribu la plus courageuse des Pathans  ne se dérobe jamais au combat, et rit et chante lorsqu’il a peur. Il mourra bientôt au combat, cet homme brave, fort et beau qui ne sait que rire, aimer, se battre et rien d’autre. On ne lui a rien appris d’autre. Ecoutons sa chanson :

O the flowers are lined
In your hair
And your eyes, O my beloved,
Are like the flowers of Narcissus
O my priceless rare treasure,
O my life, O my soul,
O my little mountain poppy,
You are my morning star,
You the flower on the slope,
You the white snow on the peak.
Your laughter is the waterfall,
Your whispers the evening breeze
O my branch of apple-blossom,
Who spilt moonlight in your eyes?
O my little butterfly,
Come and live in my heart. «