TSUNAMI (2/5). Los Angeles : « La population aurait moins de 10 minutes pour évacuer. »

Cher lecteur, une fois n’est pas coutûme, je vous propose une série d’articles que j’ai écrits en février 2003 après avoir effectué une enquête passionante sur les tsunamis. A l’époque, le tsunami d’Asie du Sud de Noël 2004 n’avait pas eu lieu, et personne ne parlait encore d’alerte au tsunami, même si elles existaient déjà. A la suite du tsunami de 2004, j’appelai le centre d’alerte de Tahiti : Personne n’avait alerté la Thaïlande ! Pourquoi l’alerte n’avait-t-elle pas été donnée ? Voici ce qui m’avait été répondu : cela ne faisait pas partie de leurs attributions… Et en Asie du Sud, les systèmes d’alertes fonctionnaient bien, mais dans des bureaux restés vides…

 

 

 

Février 2003.

 

 

 

Costas Synolakis est né en Crête, en face de Santorin. Son enfance a été bercée des histoires de l’Atlantide et de l’éruption de Théra, vers 1450 avant Jésus-Christ. La vague qui a suivi aurait englouti la Crête et la civilisation minoenne. Aujourd’hui, il vit en Californie et dirige le Tsunami Research Group de l’Université de South California. Son téléphone portable ne le quitte pas. Il doit rester joignable à tout moment car il maîtrise parfaitement le modèle Most qui a permis d’établir les cartes d’inondation de la côte californienne.

Son équipe a la consigne, en cas de fort séisme en Alaska par exemple, de se rendre d’urgence au laboratoire pour lancer les modèles afin de calculer la hauteur et la force de la vague générée. Les résultats permettront de déterminer les zones à évacuer :  » Si une vague de 2 mètres touche Los Angeles, il faudra évacuer 3000 personnes. Si elle fait 4 mètres, ce seront 200000 personnes. Au-delà, 500000.

 » Ces calculs sont indispensables car il n’est pas envisageable d’évacuer 500000 personnes à chaque alerte – cela prend environ trois heures.  » Il est quasiment certain que nous aurons un tsunami en Californie dans les cinquante prochaines années. De quelle importance ? Impossible à dire.  » Impossible également de prédire d’où viendra la vague : d’Alaska, du Japon ? Ou pire, de la baie toute proche de Santa Monica ? La population aurait alors moins de dix minutes pour évacuer. Les modèles n’auraient même pas le temps de tourner…

2 réflexions sur “TSUNAMI (2/5). Los Angeles : « La population aurait moins de 10 minutes pour évacuer. »

  1. Je vous parle de fraternité
    Et vous me renvoyez à la dure réalité
    Aux plaques tectoniques
    de notre écorce cérébrale…
    Aux tremblements des peurs
    Et au déferlement des pleurs
    Et la terre continue de trembler et de nous faire trembler…
    Et un beau jour… ou peut-être une nuit… on décide de ne plus trembler… et on se met à bouger…
    à prendre le large au lieu de subir les vagues successives de cette nature imbécile…
    Oui…oui on ne peut pas changer les lois de la science physique mais on peut changer de politique…
    parce que là, il ne s’agit plus de science mais de conscience…
    cette petite flamme qui tremble et qu’aucun vent ne peut éteindre…
    ma conscience politique… qui voudrait avant de mourir assister à l’éveil d’une autre conscience…
    d’autres consciences, à une sorte d’effervescence… vive la révolution des consciences.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/seisme/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s