Chine : Ouïghours et disparitions en masse

8-101-dsc_0970.1256581897.jpg

Pas un ! Je dis bien : pas un qui ne m’ait dit : « Je n’ai plus de nouvelles de mon frère. » « J’ai trois amis qui ont disparu! » « J’ai deux amis d’enfance qui ont disparu. Leurs familles deviennent folles ! »

Ces Ouïgours évoquent les récentes disparitions survenues après les événements de juillet à Urumqi.

Entendant cela, impossible de ne pas faire le rapprochement avec les événements de Guldja (Turkestan chinois) de février 1997 – les derniers événements « graves » avant ceux d’Urumqi, et très gravement réprimés : des disparitions similaires et massives avaient été signalées.

Les chiffres ? Impossibles à obtenir. Evidemment. Ce n’est pas le gouvernement chinois qui nous les fournira…

Ces disparitions concernent majoritairement des hommes jeunes et sont consécutives à des arrestations, ou plutôt des raffles : juste après les manifestations de juillet, la police est passée dans toutes les familles. Elle a arrêté les jeunes hommes chez eux. Nombre d’entre eux n’ont plus donné signe de vie. Comme ce fut le cas à Guldja en 1997. Même scénario.

Lire le rapport que vient de publier HRW (Human Rights Watch) sur ce sujet.

Nota bene : les personnes qui figurent sur cette photo sont prises sur le vif, à leur insue. Ils ne m’ont jamais accordé leur autorisation et n’ont, a fortiori, aucun lien avec cet article.

12 réflexions sur “Chine : Ouïghours et disparitions en masse

  1. Bonjour,
    Un grand merci pour votre travail qui me lie encore un peu au peuple ouighour.
    Je suis triste de la situation actuel… D’autant plus triste que je ne vois pas d’issue…
    Sinon la lente et inexorable main mise du gouvernement Han sur la région et la population minoritaire. Sa folkorisation. Tant que la Chine ne trouvera pas sa modernité politique pour elle même, les ouighours souffriront.
    Mais je suis pessimiste… J’ai lu dans un de vos post qu’il existait un restaurant Ouighour à Paris, j’ai hâte d’y aller …

    Yann

    J'aime

  2. bonjour,

    il y avait un beau et bon restaurant ouïgour à Montréal dans le quartier chinois.
    Pour des problèmes de rentabilité (je suppose), il a disparu, remplacé par un restaurant chinois (disons d’origine autre que ouïgoure). La boucle est bouclée, dommage !

    J'aime

  3. Tiens, comme c’est curieux… deux commentaires demandant expressement a l’auteur des precisions sur ses sources, la langue de communication, le nombre d’interviewes, etc, viennent de disparaitre.
    Il n’y a pas qu’en Chine que l’on censure, on dirait, madame Laserre. Si vous craignez que ces messages ne proviennent de pro-chine zeles, je vous rassure : je n’en suis pas une. Je suis juste une lectrice attentive aux ecrivains qui 1) tirent parti du flot commun d’opinions et 2) manient habilement la plume pour faire passer des hypotheses de travail comme verites.
    « Pas un ! Je dis bien : pas un qui ne m’ait dit… »
    Quelle belle phrase ! Quelle prose !
    Pas un de combien ? Pas un d’ou ?
    Si vous supprimez ce message, je vous conseille, dans la foulee, de remettre serieusement en question vos capacites a recevoir la critique.

    J'aime

  4. Je ne vois pas quel état de crédibilité Le Monde essaie d’atteindre en se référant à un organisme avec une histoire et une réputation aussi politiquement motivé que HRW.

    Je ne comprends pas non plus pourquoi le publique est aussi enthousiaste de accepter la neutralité d’un organisme quand on fait que changer la plaque devant la bâtisse de CIA à NED. En fait, tout le monde aime savoir qu’il vivent dans une société politiquement et moralement supérieure à tout autres.

    J'aime

  5. J’en ai rencontré 14. Au hasard. 14 sur 14. Les personnes qui ont eu elles aussi l’occasion de rencontrer des Ouïgours récemment sont unanimes.  L’existence de ces disparitions ne fait aucun doute.

    Ils me parlent en Ouïgour. J’utilise des interprètes. Des interviews de deux à trois heures par personne. A l’origine, les rencontres ne concernent pas les disparitions. Mais voilà, ces disparitions reviennent systématiquement lors des entretiens. Eux-mêmes n’étaient pas conscients de l’aspect massif des disparitions. (Les medias en Chine n’en font pas état, cela va sans dire).

    A l’attention de certains commentateurs : remettre en doute ces témoignages, insinuer que j’ai peut-être rencontré « par hasard » un ou deux Ouïgours qui se seraient plaint, relève de leur part d’une mauvaise fois manifeste et d’une agressivité étonnante pour un tel sujet qui me fait penser qu’ils se sentent comme « attaqués »…

    J'aime

  6. J’ai laissé récemment un petit message sur ce blog, une fois n’est pas coutume. Je viens lire la suite … Je suis … surpris, en colère, et aussi intrigué qu’amusé à la lecture des critiques sur l’auteur du Blog. Pro gouvernement chinois ? Anti Ouighours ? Elles me font penser aux critiques qui agitaient le Blog de Pierre Haski quand j’étais en Chine… Parce que … Qui peut contester aujourd’hui que les Ouighours sont agressés ? Qui ??? …

    Le gouvernement chinois… et tous ceux qui sont sensibles à sa propagande … Oui, ça fait du monde finalement … : ) Mais je suis toujours surpris de voir comment ils arrivent ici …

    Au plaisir,
    yann

    J'aime

  7. Bonjour,
    J’ai lu beaucoup de commentaires (pas uniquement sur ce blog) mettant en cause la neutralité de HRW, et finalement assez peu sur le contenu du rapport en lui-même.
    A l’attention des « pro-Pékin »: il existe un moyen très simple pour prouver la mauvaise foi prêtée à HRW: fournir la liste précise des personnes arrêtées suite au 5 juillet en précisant le lieu de détention, et les charges retenues contre elles.
    En procédant ainsi, Pékin pourrait prouver que les allégations contenues dans le rapport HRW sont sans fondements. Accessoirement, la fourniture de ces informations permettrait aussi au gvt chinois de se mettre en conformité avec sa propre législation (art 64 de la loi de procédure criminelle).
    Alors que ce serait le moyen de le plus efficace de discréditer son opposition, Pékin ne semble pas disposé à faire la lumière sur ces évènements. Y aurait-il quelque chose d’inavouable à découvrir?

    J'aime

  8. oui, mais pas un article sur la levée de l’embargo de l’ue sur les armes de l’ouzbekistan, sur les demarches de l’opposition en exil à bruxelles
    une depche sur le site du monde, rien ici, nada ailleurs
    et là, j’avoue, sans eau chaude, je ne comprends pas

    J'aime

  9. Hello
    Je rejoins Yann dans ses propos. Il n’y a rien d’anti-Chinois à dévoiler la réalité au Xinjiang. Le ressentiment sur place est énorme, et de pire en pire année après année, malgré un développement économique de la région toujours plus soutenu.
    Chercher à savoir pourquoi est plus louable, c’est primordial.

    Encore merci à Sylvie Lasserre qui nous tient informée régulièrement sur l’Asie centrale.
    OP

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s