Ouïghours : Le film qui indigne Pékin. Et lui fait perdre la face.

rebiya-kadeer2.1248538547.jpg

Photo copyright Sylvie Lasserre

Mais pour quelle raison la Chine se retire-t-elle au dernier moment du festival du film de Melbourne ? Je vous le donne en mille !

Selon le blog ouïgour over blog, un film de Jeff Daniels sur Rebiya Kadeer, la célèbre dissidente ouïgoure, y est programmé, ce qui déplaît fort à Pékin.

L’auteur du blog nous indique que le consulat général de Chine à Melbourne a demandé au directeur du festival de retirer ce film de la programmation. Quand il y a de la gêne…

Devant le refus du directeur du festival, la Chine a donc décidé de retirer les trois films qu’elle présentait.

En lire plus : « La Chine se retire du festival du film Melbourne après l’échec de sa menace. »

Voir un extrait du film : The 10 conditions of love.

9 réflexions sur “Ouïghours : Le film qui indigne Pékin. Et lui fait perdre la face.

  1. la Chine peut faire ce qu’elle veut, les amis de Khodokorsky et de N.Sarkozy ont décidé qu’il fallait mettre la pression sur l’IRAN. Aprés la crise de 29, les années 30 bégaient. Les mêmes causes produisant les mêmes effets. Plus jamais cà, mais tout est fait pour que les horreurs se reproduisent. Comme le répéte souvent l’ancien testament « et les hommes firent ce qui déplait à Dieu »

    J'aime

  2. Le gouvernement ne peut pas bien faire autrement vis-à-vis de l’opinion publique. La thèse officielle des émeutes inter-ethniques meurtrières du début du mois au Xinjiang attribue l’entière responsabilité à Rebiya Kadeer et sa « clique ». Tout comme le Dalaï Lama est responsable de tous les problèmes au Tibet.

    J'aime

  3. C’est plutôt bien, tout ça :

    – des infos qui passent par la Turquie au lieu d’être étouffées (les exécutions),

    – des manifestants ouïgours à Paris qui ont le soutien de Tibétains, de Chinois et de Vietnamiens démocrates, ainsi que de Turcs, et envers lesquels les passants ont semblés bien disposés,

    – un film sur Rebiya Kadeer, auquel la Chine a fait de la pub (rire) avec ses odieux chantages, que le directeur du Festival de Melbourne n’a pas voulu entendre.

    J'aime

  4. Urumqi: la chef de la dissidence ouïghoure parle de milliers de disparus Par Hiroshi HIYAMA
    ImprimerLa chef de la dissidence ouïghoure en exil a affirmé mercredi à Tokyo que « près de 10.000 personnes » avaient disparu pendant les émeutes du nord-ouest de la Chine et reproché aux Etats-Unis leur absence de réaction.
    « Près de 10.000 personnes à Urumqi ont disparu en une nuit. Où sont-elles allées? Si elles sont mortes, où se trouvent-elles? » a demandé Rebiya Kadeer, qui s’exprimait en ouïghour, aidée d’un interprète, lors d’une conférence de presse au deuxième jour de sa visite privée au Japon.
    Le 5 juillet, de violents affrontements ont opposé des Ouïghours musulmans, turcophones, à des Hans, l’ethnie dominante en Chine, à Urumqi, capitale de la région autonome du Xinjiang (nord-ouest de la Chine).
    Selon un responsable officiel chinois, les émeutes ont fait 197 morts, mais la dissidence ouïghoure évoque de son côté « peut-être » des milliers de morts.
    Rebiya Kadeer, 62 ans, qui vit aux Etats-Unis depuis 2005 après avoir passé six ans dans les geôles chinoises, a accusé « le gouvernement chinois d’essayer d’écraser le peuple ouïghour ».
    Pékin accuse pour sa part le Congrès mondial ouïghour, basé à Munich (Allemagne), d’avoir fomenté les émeutes et traite la dissidente, qui dirige cette organisation, de « criminelle ».
    Rebiya Kadeer a nié être en quoi que ce soit impliquée dans les violences. « Si la Chine dit que je l’étais, je veux qu’elle fournisse des preuves ».
    « La responsabilité revient aux autorités qui ont changé ce qui était au départ une manifestation pacifique en des émeutes violentes », a-t-elle poursuivi.
    Elle a affirmé que le soir du 5 juillet, l’électricité avait été coupée et la police chinoise avait ensuite tiré au hasard sur la foule à l’arme automatique.
    « Le lendemain matin, les gens ont découvert à leur réveil que beaucoup d’hommes ouïghours avaient disparu », a-t-elle dit, en expliquant que toutes ces informations avaient été recueillies par les exilés ouïghours à partir de témoignages d’habitants et de voyageurs qui se trouvaient à Urumqi au moment des émeutes.
    Elle a réclamé l’envoi au Xinjiang d’une « mission d’enquête indépendante afin de faire la lumière sur ce qui s’est passé ». « Si la Chine peut avec aplomb dire que tout ce qui s’est produit est de la faute des Ouïghours, alors qu’elle ouvre la région et qu’elle dise à la commission d’enquête ce qui s’est réellement passé », a-t-elle lancé.
    Rebiya Kadeer s’est par ailleurs déclarée « perplexe et déçue » par l’attitude du gouvernement américain.
    « La réponse des Etats-Unis est quelque peu distante. Je suis perplexe et déçue », a-t-elle dit, avant d’ajouter qu’elle espérait un sursaut de l’administration américaine. « Je veux croire que les Etats-Unis ne resteront pas inertes. Je pense qu’ils répondront de manière appropriée », a-t-elle confié.
    Dans une récente interview au magazine allemand Focus, Rebiya Kadeer a appelé le gouvernement américain à s’engager en faveur du peuple ouïghour, comme il le fait déjà pour le Tibet, en installant par exemple un consulat à Urumqi.
    A l’ouverture lundi d’un nouveau dialogue stratégique et économique entre les Etats-Unis et la Chine à Washington, le président américain Barack Obama a appelé Pékin à respecter les libertés individuelles et religieuses et les droits des minorités, sans toutefois prononcer le nom du Xinjiang.
    Dans une réponse embarrassante pour M. Obama, un responsable chinois a remercié mardi les Etats-Unis pour leur attitude « modérée » après les violences du Xinjiang.
    « Nous avons exprimé notre appréciation pour l’attitude modérée des Etats-Unis (qui) ont sans équivoque déclaré que cet incident est totalement une affaire intérieure chinoise », a déclaré Wang Guangya, vice-ministre des Affaires étrangères.

    J'aime

  5. Les Turkmènes irakiens ont commémoré le massacre de leurs frères OUÏGHOURS lors d’une cérémonie à Kerkuk en Irak:

    Les représentants des Turkmènes irakiens (de la Diaspora en Europe)

    Dr Hassan AYDINLI, représentant du Front Turkmène Irakien (Irak Türkmen Cephesi) en Europe

    Sündüs ABBAS, représentant ITF à Londres

    Ghanem AUTHMAN, représentant ITF à Berlin

    Saadun KÖPRÜLU, du Bureau ITF à Ankara

    se sont rendus à KERKUK, la capitale culturelle des Turkmènes en Irak, pour commémorer le 50ième anniversaire du massacre des dirigeants Turkmènes par les marxistes kurdes à Kerkuk, le 14 juillet 1959.

    Ils ont également tenu à manifester leur soutien et leur solidarité envers leurs frères Ouïghurs lors d’une cérémonie le 17 juillet 2009.

    Les Turkmènes d’Irak condamnent la répression des Ouïghours par les autorités chinoises et ils lancent un appel pressant à la Chine de respecter les droits de l’homme dans le Turkestan Oriental.

    http://merryabla64.wordpress.com/2009/07/29/les-turkmenes-irakiens-commemorent-les-victimes-ouighours/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s