Turkestan chinois / Ouïgours : Halte à la destruction de Kashgar !

kashgar-old.1245571984.jpg

La ville de Kashgar, principale étape de l’ancienne Route de la Soie, fleuron de la culture ouïgoure aux effluves ouïgoures, kirghizes, pakistanaises, déjà partiellement détruite par les bulldozers chinois, est aujourd’hui gravement menacée.

kashgar-old-3.1245572362.jpg

Selon Radio Free Asia, le gouvernement de Pékin a annoncé un plan de redéveloppement des anciens quartiers de la ville. Radio Free Asia a interviewé un officiel de la ville :  » We think that demolishing some of the residential areas of Kashgar’s old town for redevelopment is a good thing.

In many people’s minds, demolishing the old district is destroying cultural relics, but without redevelopment, people will lose more.

Maybe you want to keep your old house, but when an earthquake strikes, many people will be buried underneath that old house, the official said, citing the government argument that Kashgar’s labyrinthine mud-brick traditional housing is dangerous. »

kashgar-old-2.1245572280.jpg 

Toujours selon RFA, le gouvernement a prévu un budget de 440 millions de dollars pour le plan de redéveloppement urbain, qui prévoie la démollition des habitations ouïgoures traditionnelles du coeur de la vieille ville.

Fin février, les officiels locaux ont commencé à déplacer 50000 familles hors du centre ville, sous le prétexte de reconstuire les habitations dangereuses, installer l’eau et l’électricité et élargir les rues.

Rebiya Kadeer, figure de proue du combat des Ouïgours contre la colonisation han au Turkestan oriental et présidente de la Uyghur American Association, s’insurge :  » La démolition annoncée de la vieille ville de Kashgar est un affront à l’identité ouïgoure et un pas de plus pour l’assimilation forcée de ce peuple. Je déplore la perte de cet unique site de l’héritage mondial et j’appelle le monde entier à faire savoir au gouvernement chinois que cette démolition prive le monde d’un patrimoine irremplaçable.  »

En lire plus : Kashgar’s old town bulldozed , Demolition of Kashgar’s Old City Draws Concerns Over Cultural Heritage Protection, Population Resettlement , As China destroys its culture, Hong Kong proves that its people care, End of the Silk Road for historic trading hub of Kashgar,  Demolition of Kashgar’s Old City Draws Concerns Over Cultural Heritage Protection, Population Resettlement.

Lorsque j’étais moi-même à Kashgar en octobre 2007, on m’avait parlé de la construction d’un futur aéroport international pour les « oversea tourists », un golf (!) était déjà presque terminé.

De la Kashgar mythique il ne restera plus que le quartier factice « Old Kashgar », sorte de Disneyland à entrée payante (30 Yuan) et à parcourir caméra au poing et déjà visité par plusieurs centaines de touristes par jour (voir photo ci-dessous).

PS. On m’annonce que des pétitions sont à signer ici :

http://www.petitiononline.com/kashgar/petition.html
http://www.thepetitionsite.com/1/tell-china-to-protect-history-not-destroy-it

kashgar-old-4.1245575787.jpg

Hommes ouïgours rentrant chez eux dans le plus vieux quartier de Kashgar (Koziqiyabixi), devenu aujourd’hui une sorte de  » réserve d’Indiens ».

25 réflexions sur “Turkestan chinois / Ouïgours : Halte à la destruction de Kashgar !

  1. Terrible article… nous étions à cet endroit il y a 4 ans, l’ambiance de la ville était si forte, le Sunday Market, on y sentait les influences russes, pakistanaises, au pied des montagnes et au bout du désert du Taklamakan, une ville de marchands et d’échange depuis toujours. Rien que ces quelques photos de buildings nous serrent le cœur. Et bien entendu un parcours de golf, alors que l’eau est si précieuse là-bas! Que peut-on faire pour soutenir les Ouïgours? Ne plus acheter chinois?

    J'aime

  2. Malheureusement le gouvernement chinois continue sa politique brutale d’assimilation forçée mais cette destruction est assez similaire à la destruction des vieux quartiers de Pékin, le gouvernement totalitaire chinois sait que de toute façon personne ne protestera ni ne contestera sa politique mais les conséquences seront desastreuses car il est question de la destruction de l’héritage culturel et historique du peuple ouïghour maltraité depuis l’annexion du Turkestan par la Chine!

    Le boycot des produits chinois me sembnle être le minimum que nous puissiosn faire!!!

    J'aime

  3. Et si les habitants de ces vieilles demeures étaient contents de quitter une maison insalubre, sans eau courante ni toilettes, pour habiter dans un immeuble moderne?
    personne n’y pense?
    est-ce qu’en France les gens habitent encore dans des huttes en pisé avec des toîts de chaume? Beaucoup de monde a pleuré à Paris quand Haussman a fait ses grands boulevards?

    Les vieilles maisons sont géniales pour les cartes postales et les touristes. Il y a quand même des gens qui habitent dedans.

    Les Français ont un rapport très fort à l’histoire. Acceptons que ce soit moins vrai ailleurs dans le monde. Et que des gens préfèrent avoir l’eau courante, le tout-à-l’égoût et des toilettes qu’habiter dans une maison « historique ».

    On peut aussi s’interroger sur cette belle radio, RFA. Essayons de regarder qui l’a créé, avec quel argent et dans quel but. ça portera un autre regard sur son « action » et ces « dénonciations ».

    Après le génocide culturel tibétain, la destruction de Kashgar. à voir le titre, on croirait que ces sales communistes ont bombardé la ville au napalm.

    à beijing, j’ai vu des immeubles (de 30 ans ?) détruits pour mettre en valeur les anciennes murailles de la ville (ces bâtiments les cachaient avant). c’est comme ça: ils mettent en avant et sauvegardent ce qui vaut le coup. et détruisent les endroits pourris qui ne servent à rien, et dans lesquels des personnes vivent dans des conditions indignes. bouh les vilains.

    J'aime

  4. FLK, n’existe-t-il pas de solution intermédiaire?
    Entre garder une vieille ville (selon vous insalubre) et tout raser pour reconstruire des tours modernes? N’est-il pas possible de moderniser l’intérieur tout en conservant l’apparence extérieur?

    Les Chinois n’ont pas le même rapport que nous avec l’histoire, on y rase le passé pour construire l’avenir. Qu’en est-il des Ouïghours? Sont-ils d’accord avec la destruction de leurs villes?

    J'aime

  5. le xinjiang n’est pas uniquement ouighour, il a été chinois et même tibetain avant que les ouighours arrivent, l’histoire du xinjiang ne doit pas être vu du seul point de vue ouyghour sinon c’est manipuler l’histoire et transformer la vérité selon ses interets.

    si la chine laisse à l’abandon cette province, il y’aura toujours des gens pour dire que personne ne s’occupe d’eux, si la chine rétablit un équilibre entre toutes ses provinces(administration, hopitaux, ecole, logement…), les mêmes vont crier à la colonisation ou assimilation.

    Le respect de la culture d’autrui doit être dans les deux sens…. la culture ouyghoure est belle est riche, la chinoise l’est tout autant, vive le mélange. on voit ce que ca donne l’obsession de la pureté ethnique ou religieuse chez les voisins afghans ou pakistanais.

    J'aime

  6. @Laurent : permettez-moi une rectification : les oasis du Tarim avant le 9e siècle étaient occupées par des populations indo-européennes, menacées parfois par des incursions militaires chinoisess ou tibétaines.. Elles n’étaient pas chinoises, ni tibétaines.

    J'aime

  7. DES GENS SE DISENT HAN
    COMMENT çA …
    PAS DE PREUVE HISTORIQUE.

    SE DIRE HAN C’EST EN FAIT VOULOIR FAIRE PARTIE DE LA MAJORITÉ CHINOISE QUI USE DE SON POIDS DÉMESURÉ ET DE SON NOMBRE MONSTRUEUX SOUS LEQUEL CROULE LA PLANÈTE.

    IL Y A TROP

    J'aime

  8. « Vous êtes chinois » (han, apparemment), mais ce que vous dites est tellement hystérique et sans aucun rapport avec le sujet, que vous donnez encore une image catastrophique des Chinois !
    Et puis apprenez déjà à écrire correctement Xinjiang… en chinois (hanyu pinyin)…

    J'aime

  9. FLK n’a pas tort sur certains point. On ne compte plus le nombre de villes chinoises complètement transformés, pas besoin pour cela d’aller dans les deux régions « problématiques ». Et ce n’est pas qu’en Chine: Kyoto, pour prendre la ville japonaise symbole, se visite pourtant encore.

    Jean:
    « FLK, n’existe-t-il pas de solution intermédiaire?
    Entre garder une vieille ville (selon vous insalubre) et tout raser pour reconstruire des tours modernes? N’est-il pas possible de moderniser l’intérieur tout en conservant l’apparence extérieur? »
    Oui, mais ça coûte extremement cher. Même dans un pays « aussi riche » que la France, dont la politique patrimoniale est maintenant ancienne, ça ne se fait qu’assez peu à Paris.

    Vu la politique générale du gouvernement envers cette région, on comprend aisément que tous ses actions soient interprétées comme dans ce blog. Mais comprendre n’est pas excuser. (Idem pour l’action du gouvernement, bien sur)

    J'aime

  10. Chère Sylvie, vous qui avez beaucoup appris au sujet de l’Asie centrale lors de vos voyages, que pensez-vous du touranisme, du pan-turquisme ; si les Ouïgours sont oppressés par les chinois, la tentation turque n’est-elle pas aussi une forme d’impérialisme probablement dévastateur (aussi bien pour le Turkestan oriental que pour toutes les ethnies d’Asie centrale influencées par Iraniens, Turcs et Russes) ?
    Vu que vous connaissez aussi la Turquie, je pense qu’il serait intéressant d’écrire un billet aussi politique que celui-ci au sujet des disciples d’Enver Paşa.

    Merci !

    J'aime

  11. À Mehmet. Je suis loin d’être spécialiste de la question. Mais il me semble que les frontières politiques locales sont particulièrement arbitraires, les groupes ethniques partagés entre les pays, dans cette région. Autrement dit, les « Stans » sont composés d’une sorte de mosaïque de peuples, qui ne suit pas du tout les frontières. D’apres vous, un rassemblement de ces peuples serait impérialiste? Ils ont une culture proche… un peu comme l’Union Européenne, en fait. Et pour un empire, il faudrait que l’un des peuples veuille assimiler, ou dominer, les autres. Est-ce le cas? Vous avez l’air de bien connaître la situation: éclairez-moi, s’il vois plaît.

    J'aime

  12. Juste pour faire remarquer que l’unité de la France s’est faite sur d’innombrables massacres, destructions de cultures et de langues, faudrait d’abord démanteler la France avant de le demander à la Chine.

    J'aime

  13. On parle beaucoup du gouvernement Chinois et peu des societes immobilieres qui sont derriere les projets de « renovation  » de Kashgar et d’ailleurs. Ces societes sont de multiples origines, et les actionnaires parfois Europeens, Americains ou d’autres provenance. Leurs interets sont purement economiques, les pots de vins sont gigantesques, ils impliquent des spheres qui vont bien au-dela des gouvernements….

    J'aime

  14. Ambre, pouvez-vous nous en dire plus sur ces sociétés étrangères ? Lesquelles sont-elles ? Je n’ai rien vu d’autre en Chine que des sociétés de construction chinoises. Ils sont d’excellents et efficaces bâtisseurs, capables de construire un hôpital en trois jours (sic) et s’exportent dans ce domaine en Afrique par exemple : bons et pas chers. J’ai donc du mal à croire qu’ils fassent appel à des sociétés étrangères (plus couteuses) sur leur propre sol…

    J'aime

  15. @Sylvie Lasserre
    Je me suis mal exprimee : je n’evoque pas des societes etrangeres, mais la provenance de leur actionnariat. De meme je ne remets pas la capacites de ces societes a batir vite et bien. Mais la construction et l’immobilier etant en pleine croissance et ce depuis plusieurs annees, les profits realises sont a la mesure de ce pays. Ainsi attirent-elles l’attention des investisseurs du monde entier (et les cabinets d’architectes pour lesquels la Chine est un immense terrain d’experimentation et une machine a faire de l’argent!!)

    La plupart de ces societes – chinoises, comme vous le precisez – sont cotees en bourse, ouverte a l’actionnariat prive et ne sont donc, comme la plupart de ce qu’on appelle « corporations », plus d’aucune autre nationalite que celle du profit et du rendement.
    Cela n’entre pas forcement en contradiction avec la qualite, mais certainement deplacent les priorites. Sauver le vieille ville de Kashgar ne presente aucun interet economique : le cout d’une operation comme celle-ci est largement inabordable et surtout ne permettrait certes pas aux actuels locataires de rester, bien que comme le fait tres justement remarquer un de vos lecteurs, ils ne seraient pas contre une amelioration de leur condition de vie (eau courante, chauffage, electricite…), en particulier pour les nouvelles generations.

    Regardez ce qui se passe avec les Hutongs du centre de Beijing, de plus en plus occupes par les riches expats « amoureux des belles pierres » et riches de leur expatriation, ou les nouveaux riches chinois (de toutes les provinces et ethnies).

    J'aime

  16. Ce commentaire est peut-etre ennuyeux parce qu’il ne fait que renvoyer sur des liens, des donnees economiques. Les liens presentes ici donneront a ceux d’entre vos lecteurs qui voudront bien jeter un coup d’oeil, un apercu sur le labyrinthe du monde des affaires.
    Ce qui se passe a Kashgar est malheureusement plus du domaine du business et des affairistes, que d’une quelconque volonte organisee de detruire une culture, meme s’il reste vrai que ca doit arranger certains potentats et leur vision a court terme.

    Quelques liens pour avoir une petite idee sur la facon dont fonctionnent les investissements etrangers en Chine – TRES LOIN d’etre exhaustif –
    Par exemple il est tres difficile de voir la presence des societes etrangeres quand l’accord qui lient les entreprises est du type « Memorandum Of Agreement », bien que ce mode de fonctionnement soit tres courant en Chine puisque pour travailler ici, toute societe doit dependre d’une Danwei Chinoise (ministere des Affaires Civiles, de la Sante ou autre ou societe d’etat)

    http://www.chinaorbit.com/china-economy/real-estate-investment-trust.html
    http://www.bizjournals.com/sanjose/prnewswire/press_releases/national/China/2009/06/24/SF37920
    http://www.vanke.com/main/Web/Article/2004/11/16/1401179165C59518.aspx
    [I don’t know if they have plans on Kashgar]

    Dans un autre domaine, l’eau et l’environnement, voir ceci http://www.lexpansion.com/economie/actualite-entreprise/vivendi-environnement-creuse-son-sillon-en-chine_97902.html

    J'aime

  17. Faut juste attendre le prochain tremblement de terre pour voir toutes ces magnifiques tours de beton par terre, ensevelisant des milliers d’habitants, de preference de moins de 10 ans, comme cela s’est vu recemment (les « rapides et bonnes » boites de BTP chinoise, ca m’a bien fait rire quand on voit comment ca fonctionne sur les chantiers)
    C’est ca qui est fort, en general l’habitat ancien, si il est toujours la, cela signifie que 1) il a peut etre deja resiste a des secousses et 2) vu la hauteur des batiments vaut mieux garder des petites structures en boue sechee que des tours en beton baties sur du sable avec du beton pourri. Parceque si 1 tel edifice s’ecroule c’est 4000 morts assures, au lieu de 40.
    Mais bon, si c’est vite et bien bati, pourquoi pas, ah ah ah…

    J'aime

  18. attirée par le titre de cet article, cela me rappelle un voyage en Chine en 2003 où j’avais été jusqu’à Kashgar pour découvrir l’Asie centrale et le sunday market.

    Je me souviens avoir été stupéfaite, à l’époque, de voir de mes yeux ce que l’on racontait sur certains territoires chinois (et pas seulement les « problématiques » connus comme le XInjiang, le TIbet ou la Mongolie intérieure….)

    J’étais restée 5 ou 6 jours à Kashgar, et je me souviens m’être beaucoup baladée dans cette rue qui menait jusque la grande mosquée (jaune…qui n’existe peut être plus aujourd’hui??)
    Un matin, prenant ce chemin « habituel », je m’étais trouvée face à un mur au bout de la rue, qui avait été dressé dans la nuit…

    Cette habitude chinoise de dresser des immeubles carrelés de blanc aux vitres bleutées dans tout le pays est, bien sûr, d’une tristesse sans nom, dans ce pays fascinant et tellement varié…

    Je n’ai pourtant jamais vu un pays où l’on construit et détruit aussi vite
    (idem pour les hutongs de Pekin et la quasi-totalité des villes chinoises)

    Je me demandais si les chinois eux-mêmes, ou certains d’entre eux, sont conscients de ce gachis et s’ils se mobilisent contre cela, par le biais de mouvement/associations/fondations, etc.?
    Il me parait certain que cela doit être le cas, mais je ne les ai jamais entendu… certains d’entre vous, plus au fait de la vie en Chine que moi, connaissent-ils ce genre de mouvement?

    J'aime

  19. Certes tout n’est pas toujours rose pour les Ouigurs au Xinjiang, mais ce qui est flagrant c’est qu’avec un manque avere de connaissances sur le sujet certains belliqueux en appellent aussi sec au boycott des produits chinois.

    Consommez / gaspillez moins et donnez plutot de vos propres deniers pour la preservation du patrimoine au Xinjiang si le coeur vous en dit, a priori vous en avez plus les moyens que les gens du coin.

    Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

    J'aime

  20. Bonjour,

    La Chine est chez elle et je ne vois pas en quoi certains ici s’estiment en droit de lui donner des leçons. Quand on lit les commentaires, on se dit qu’il est dommage que l’arrogance ne soit pas un bien de consommation courante… La balance du commerce extérieur français serait en perpétuel excédent !

    Heureusement que les chinois décident par eux même et ne suivent pas les conseils avisés des occidentaux et en premier lieu des français en matière de développement… Quand on fait la comparaison avec l’Afrique…

    J'aime

  21. L’administration chinoise casse Kashgar ? Sans y être ou y avoir été, je suppose que la destruction de Kashgar n’est pas différente de celle de Beijing, Shanghai ou Suzhou. Toutes les villes chinoises passent par le même cycle dévastateur. La moindre petite ville de province a rasé jusqu’à ses immeubles en briques ou en béton pour des raisons diverses à classer dans votre ordre de préférence : opération immobilière de prestige, assainissement, spéculation, circulation automobile, création d’espaces verts, pots-de-vin, etc… Y a-t-il acharnement en certains endroits pour des raisons de politique locale, de volonté assimilatrice ? Peut-être, mais si les destructions étaient limitées à ces quelques villes, sans pour autant fermer les yeux, on pourrait dire que le mal est limité.
    A nos yeux conservateurs de patrimoine (mais depuis quand ? Depuis le sauvetage de Carcassonne par Viollet-Le-Duc ?), les vieilles pierres sont sacrées indépendamment des conditions de vie des habitants. Visiter Suzhou, dont les jardins sont classés au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco, est maintenant épuisant car il faut faire avec la circulation automobile qui traverse dorénavant la ville et ça ne ressemble plus à grand-chose en sortant d’un jardin de se retrouver dans une rue de restaurants pour touristes. L’accumulation des pièces d’eau et des plantes, les chaos minéraux des jardins correspondaient à l’enchevêtrement des vieilles rues. Il y avait une sorte d’harmonie peut-être largement recréée mentalement par le visiteur étranger entre la ville et ses jardins. On se rend maintenant d’un jardin à l’autre, qui deviennent des endroits à voir dans un ensemble banal.
    A Shaoxing (Zhejiang), il fallait chercher la pagode au milieu d’un dédale de ruelles. Elle semblait dans son cadre, dans l’évolution « naturelle » de la ville. Maintenant, pas de problème pour la trouver : elle est sur la place entourée de jets d’eau multicolores. Même sorte de mésaventure pour l’église russe de Sainte-Sophie à Harbin (Heilongjiang). Cette fois, les jets d’eau sont musicaux. A Shenyang (Liaoning), la pagode des cendres bouddhiques a émergé de sa gangue de H.L.M.s rasés pour l’aménagement d’un parc (pour absorber les touristes en déplacement dans la ville site olympique ?). Les habitants sont contraints au départ, pour des logements d’un confort supérieur (quand ils peuvent se le payer). Souvent, l’inattention ou le délaissement de l’entretien des immeubles ont rendu ceux-ci quasiment invivables. A Harbin subsistent ainsi de remarquables maisons datant de l’occupation russe de la ville, mais les cours sont tellement encombrées d’objets hétéroclites, les escaliers extérieurs en bois sont en si mauvais état, les façades si détériorées par des installations, qu’une rénovation relèverait de l’entreprise de luxe et les habitants paieraient de leur déménagement leur incurie.
    On oublie que les Chinois veulent aussi montrer leur modernité. Dommage qu’ils le fassent en copiant ce que d’autres pays ont fait dans le pire et qu’ils n’aient pas l’intelligence de valoriser leur patrimoine architectural au lieu de le remplacer par le même verre-et-béton dans toutes les villes. Le coup de grâce est donné par l’uniformité des nouvelles constructions et la recherche du modèle occidental souvent made in U.S.
    Il y a quelques décennies un mouvement de protestation s’était élevé contre la politique architecturale et d’aménagement du territoire de Nicolas Caucescu. Scandale : en Roumanie, on détruisait les villages pour construire des bourgs modernes. Beaucoup de Roumains quelques années après montraient leur satisfaction d’avoir des petites villes modernes et équipées.
    Pour personne ne proteste contre une politique chinoise en apparence similaire ?
    La meilleure protestation serait d’aller voir ailleurs, de ne plus visiter une Chine où toutes les villes se ressemblent.
    Jasmin Terroge

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s