Kirghizistan – L’enlèvement de l’épouse : Nurgul

nurgul.1199013066.jpg

Une tradition perdure au Kirghizistan : l’enlèvement de la future épouse.

Nurgul a trente-six ans. Elle me reçoit avec une immense bienveillance. Elle a préparé une table somptueuse. Son regard est franc et direct. Nous sympathisons d’emblée. Elle est intelligente et pleine de bon sens. Nurgul travaille comme comptable dans un village des Tien Shan. Un haut poste. Elle a fait de brillantes études à l’Institut des finances de Bichkek. Comme la majorité des femmes kirghizes, elle a été enlevée par son futur époux qu’elle ne connaissait pas. Voici le récit de son rapt.

J’ai commencé à travailler en 1985, juste après mes études. Nous étions en plein hiver. Comme chaque soir j’allais prendre le bus pour rentrer chez moi à At-Bashi. Tout à coup, alors que je passais devant une maison, deux hommes sont sortis du jardin. Ils m’ont chacun saisie par un bras et m’ont emmenée à l’intérieur de la maison. Tous les voisins regardaient par la fenêtre !

Nurgul me montre un coin de la pièce où nous nous trouvons : Le voile était tendu ici, dans le coin. Des vieilles femmes étaient là aussi. Parmi elles, il y avait la mère de mon futur mari et une collègue de travail. Au début je me débattais, je criais : ‘non non non’ et ma collègue me répondait : ‘Nous sommes collègues, comment peux-tu refuser ?’ En réalité, c’est elle qui avait manigancé le mariage pour son neveu. Il y avait toutes ces vieilles femmes, je savais que c’était mon destin, que je devais m’y soumettre, que c’était écrit par Dieu, cette maison, ce mari… Et alors je me suis soumise, j’ai accepté.

Tu connaissais ton futur mari ? Non, j’avais seulement parlé deux fois avec lui. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’il m’enlèverait. C’est sa tante, ma collègue, qui lui avait parlé de moi. Elle lui avait dit : ‘Elle est bien, tu devrais faire sa connaissance. Et puis quand j’ai été enlevée, je me suis doutée que c’était lui.Tu étais contente que ce soit lui ? Je ne peux pas dire ce que je ressentais, je me suis seulement dit que c’était ma vie, qu’il fallait me soumettre et je suis restée.   

Aujourd’hui, le mari de Nurgul, qui n’a pas trouvé de travail au Kirghizistan, est parti travailler en Russie. Il cueille des pommes. C’est Nurgul qui assure l’essentiel des revenus de son foyer.

21 réflexions sur “Kirghizistan – L’enlèvement de l’épouse : Nurgul

  1. Dis Sylvie, en quelle langue arrives-tu à parler avec ces gens ?
    En tout cas c’est intéressant et très étonnant. On aimerait en savoir plus. Quelle proportion de femmes du Kirghizistan sont concernées, comment les parents envisagent-ils l’avenir pour leur fille, etc.
    Bon, ils sont pas très romantiques les hommes au Kirghizistan (pas plus que les journalistes du Nouvel Obs en tout cas), peut-être devraient-ils plus souvent parler aux montagnes 😉

    J'aime

  2. Merci pour vos récits j’y prends énormément de plaisir, d’autant plus que c’est une région du monde que j’adore pour ce que je connais un peu (Turquie, Iran, Pakistan) et qui me fascine pour ce que je ne connais pas encore ( ? ).

    J'aime

  3. Quelle honte, un tel crime à notre époque. A quoi sert l’ONU et ses commissions? Tous ces pays « barbares », je n’ai pas peur du mot, y ont des représentants grassement payés, qui signent toutes les conventions et sur le terrain des coutumes, pires qu’archaïques, rétrogrades et criminelles

    J'aime

  4. C’est très difficile le vous comprendre, pour cette raison, je vous recommend d’un film kirghize « Bozsalkyn ». Ils sont mariés depuis 22 ans, elle ne fume pas et elle n’est pas divorsée.Elle l’aime beaucoup. C’est une harmonie et un bon destin.Je pense, la vie n’est pas seulement des mariages de courts temps comme chez vous. Nous sommes des kirgizes avec notre filosophie et culture.
    Il faut que j’ovre un site web sur la vie et l’amour françaises modernes.

    J'aime

  5. Bonjour Monsieur Michel Wasil,

    Vous ne pouvez pas utilisez ce mot « barbares » pour decriver notre pays. Je suis d’accord, il existe encore des cas avec enlevement de femmes, mais ce n’est pas massifié. En plus d’origine de ces traditions ce que l’opinion des parents qui joue le rôle, dans plupart des cas ces sont les parents qui s’arrangent pour trouver un mari et à l’inverse, comme connait tout le monde chaque parent desire un meilleur vie pour ses enfants, en plus ils ont une experience. De tout façon ces traditions sont complètement supprimés en villes, mais il reste encore quelques occasions dans les campagnes. Ce-là est estimé comme un crime chez nous, chaqu’un porte sa responsabilité.
    Cordialement

    J'aime

  6. Ca me choque d’entendre parler de pays barbare. La France au cours de son histoire et encore aujourd’hui a bien son lot de barbarie. Il suffit de savoir regarder ….
    En 2007, j’ai passé trois semaines inoubliables au Kirghizistan et je peux bien affirmer que nous sommes surement plus proches nous même de la barbarie.

    Bref, je tenais juste à dire qu’en ce qui concerne les enlèvements des futures épouses, il me semble bien que ce soit une pratique en net recul. C’est en tout cas ce qui est ressorti des discussions que j’ai pu avoir lors de mon bref passage dans le pays. C’étaient des gens proches de l’occident et parlant anglais certes mais pas avec leur langue dans leur poche non plus donc je leur ferais plutôt confiance.

    J'aime

  7. « Comme la majorité des femmes kirghizes, elle a été enlevée par son époux ». La majorité, vraiment? De plus il me semble avoir lu que cette pratique se limitait à certaines régions (de mémoire région d’Osh mais je ne suis plus sûre).

    J'aime

  8. bonjour,
    je suis également allée au kirgizistan – c’était en 2003. j’y ai rencontré une jeune femme qui m’a raconté son histoire. elle était tranquillement entrain de coudre chez elle et elle a entendu une voiture s’arreter devant la maison de ses parents. elle a ouvert la porte et trois hommes la saisirent et l’emmenerent avec eux. il s’agissait d’un voisin qu’elle connaissait à peine et qui l’avait choisie pour femme. c’etait son kidnapping. lorsque je lui ai demandé ce qu’elle avait ressenti. elle me dît qu’elle aussi devait accepter son destin pour ne pas etre rejetée de sa propre famille. si elle retrouvait sa liberté de choix, elle perdrait alors tout lien avec sa famille, et la déshonorerait. jamais elle ne ferait ça à sa famille.
    elle avait appris à aimer son mari – ce n’etait pas un mariage d’amour au départ, mais ça le devenait avec le temps.
    cette histoire me fait penser à la generation de nos arrieres grands parents qui influençaient les mariages de leurs enfants. ‘tu te marieras avec qqn du meme niveau social que notre famille’ allant meme dans certains milieux à se marier entre cousins…

    J'aime

  9. Critiquer une culture barbare évite de regarder les cruautés de sa propre civilisation…

    Ce que vous décrivez n’est pas plus cruel que des mecs B.C.B.G qui traînent leur femme naïve dans des endroits libertins pour en faire une vraie femme  »libérée » des contraintes bourgeoises

    ça se passe dans notre pays et c’est à vômir….

    J'aime

  10. Un sociologue français qui avait travailler sur l’Asie centrale avait fait une introduction pour sa conférence en disant: « Il ne faut jamais regarder les pratiques de l’Asie centrale avec les yeux d’un occidental ».
    Il me semble qu’il avait raison.
    Dis moi Sylvie, quelle était ton intention de conclure ton article par dire que le mari de Nurgul était en Russie pour travailler? Tu y vois un lien entre la tradition et le chomage au Kirghizstan?
    En tout cas, ces traditions sont les valeurs de la société kirghiz, ils vot les changer quand ils le veulent, comment ils le veulent. Ils n’ont pas besoin me semble-t-il des instructions des gens « civilisés », mais qui ne connaissent pas depuis longtemps malgré leur romantisme et leur AMOUR libre ce que c’est les valeurs familiales!

    Bien à vous tous, Amoureux

    J'aime

  11. A noter que certains tchétchènes font aussi cela en Europe, dans nos cités. Il s’agit d’une demande de mariage, rien de (théoriquement) obligatoire.
    D’autre part, certains mariages forcés finissent par de l’amour, de meme que certains mariage d’amour finissent par un divorce… Ne jugeons pas les cultures différentes sans un minimum de réflexion.

    J'aime

  12. Je ne pense pas qu’on puisse mettre sur le même plan le fait que dans nos sociétés, des mariages d’amour finissent mal, et le fait que des rapts finissent parfois en mariage d’amour.
    Dans un cas on respecte le libre arbitre de la personne (même si l’homme libre se trompe parfois), dans un autre on lui impose une chose qu’elle n’a pas voulu, qu’elle n’a pas choisie. Alors certes, parfois ça tombe bien et on finit par s’apprécier. Comme il arrive qu’on tombe amoureux de son geôlier.
    Notre propre société fut longtemps fondée aussi sur une philosophie de l’acceptation d’un certain destin contre lequel on considérait qu’il était vain et dangereux de s’élever. On « devait » rentrer dans les ordres, on « devait » s’engager dans l’armée, on « devait » épouser untel, etc.
    On peut très bien discuter de la pertinence de tel ou tel modèle de société, de telle ou telle valeur. Mais une posture relativiste sans nuances ne ferait pas l’économie d’une remise en cause des valeurs d’humanisme et de liberté sur lesquelles est fondée notre civilisation et que nous avons la prétention de croire universelles. Si on admet cette pratique, au nom de quoi s’élèverait-on contre le travail des enfants?

    Pour nuancer l’impression faite par l’article, il me semblait que le plus souvent de nos jours, cette tradition se limite à une mise en scène à laquelle se prêtent les futurs époux. Sincèrement amoureux et désireux de se marier, le futur mari met en scène l’enlèvement de sa promise qui se prête au jeu de bon coeur.
    Je ne suis pas sûr que la proportion de mariages réellement forcés résultant de ces pratiques soit si élevée, du moins si j’en crois les articles que j’avais lus sur le sujet ces dernières années.

    J'aime

  13. C’est sûr qu’on ne peut considérer des cultures différentes comme ‘barbares’. Toutes les sociétés ont ses propres mœurs, traditions et même histoire lesquels les font uniques.

    Un bon exemple c’est l’acceptation que les homosexuels reçoivent aujourd’hui à l’Occident: ces sont des droits très récents et toujours contestés par beaucoup des gens. Ça c’est une chose, c’est une ‘évolution’ d’une société.

    Une autre, à mon avis complètement différente, est la persistance de violations systématiques des droits de l’homme, d’après lesquels tous les hommes et femmes sont libres. Évidemment, forcer des femmes à marier leurs violeurs est contraire à toute notion imaginable de droits de l’homme. C’est pas ‘une tradition’ ce qui s’est passé à Nurgul. C’est un crime; un crime grave qui mériterait un procès judiciaire en n’importe quel pays.

    Si je semble ‘insensible’ à la culture kirghize, je vous rappelle qu’on ne vit plus au Moyen Âge. Des siècles de croissance culturelle et humaine nous ont laissé des importantes conquêtes, comme l’infinité des déclarations et conventions de las Nations Unies, concernées à la protection des Droits de l’Homme. Si je ne suis pas trompé, le Kirghizistan est partie de cette organisation et, ainsi, s’est engagé à améliorer les conditions de vie de son peuple, Nurgul et toutes les femmes incluses.

    J'aime

  14. Je suis fondamentalement pour laisser la liberté aux gens. Se faire voler n’est pas génial de ce point de vue, c’est du bon sens et c’est certain.

    J’ai été invité au musée guillemet pour voir la projection du film Kirghize qui a gagné le concours du cinéma d’Asie de Vesoul, et ce film traitait justement de ce thème.

    Le film se terminait bien car le garçon qui a volé était extêment respectueux, on le sentait aussi victime de cette tradition, la fille est finalement tombée amoureuse en acceptant le mode de vie qui lui était imposé. Cependant, le fait que parfois les gens soient intelligents comme c’était le cas dans ce film ne doit pas justifier de telles coutumes. combien de souffrances pour la fille, c’était presque inssuportable, d’autant plus qu’aucune violence physique ne lui a été infligée.

    J'aime

  15. On peut etre choqué par ces pratiques mais pas les traiter de « Barbares ». Ce sont leur traditions la preuve est qu’elle s’y soumette et qu’elle ne s’enfuit pas. De leur point de vue c’est comme ca que ca doit se passer et pas autrement. Il a fallut du temps dans les pays occidentaux pour que les mariages ne soient plus « arrangé ». Il leur en faudra un peu plus voila tout…

    J'aime

  16. Nos valeurs occidentales n’ont rien d’universel, d’accord elles sont valablbles pour nous mais ne nuos prenons pas pour le centre du monde car les autres peuples ont aussi leurs valeurs et traditions que nous devrons respecter.

    J'aime

  17. Comme disait Montaigne:
    « Nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu esgard aux règles de la raison, mais non pas eu esgard à nous, qui les surpassons en toute sorte de barbarie. »

    Ces pratiques sont effectivement barbares. Seulement, nous serions mal placés pour en tenir rigueur à ce peuple.

    J'aime

  18. En France, une femme meurt tous les 3 jours sous les coups du conjoint. N’est ce pas de la barbarie en pays soit disant democratique. Arretons de donner des leçons autres pays et regardons ce qui se passe dans notre pays

    J'aime

  19. « Comme la majorité des femmes kirghizes… »
    Je suis moi aussi choqué par affirmation, étayée par aucune source (et à mon avis elle aurait du mal à l’être). Même les blogueurs ont un code déonthologique à suivre. Vous parlez d’un pays que les lecteurs ne connaissent pas !
    Vous avez au moins le mérite de nous accorder le droit de répondre…

    J'aime

  20. A Amda :
    Contrairement à ce que vous affirmez (sans aucune vérification) tout ce que j’écris est largement vérifié et étayé. Comme pour tous mes sujets, sachez que j’enquête en moyenne trois mois sur chaque sujet et que je passe un mois sur le terrain. Cette note est un extrait d’un de mes reportages. J’en sais certainement largement plus que vous sur ce sujet. Merci de ne pas induire les lecteurs en erreur par vos propos « à la légère ».
    Sylvie Lasserre

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s