Maroc : bidonville de bougraa. Visite écourtée…

dsc_0248-bd.1173514536.jpgEn plein milieu de l’interview, quelqu’un est venu chercher Mohamed. Sans même répondre à la question que je venais de lui poser, il s’est levé et est sorti sans un mot d’explication.

J’ai attendu cinq minutes avant de sortir discrètement. Au loin, sur la piste, deux hommes avec des lunettes de soleil parlaient à Mohamed. Islamistes ? Renseignement ?

J’hésitai à rester là ou bien à tenter de m’échapper par le bidonville. Mais après ? Je n’irais pas bien loin sur cette longue piste à découvert. Ou encore, cacher mon appareil photo.

J’ai demandé à la mère :  » Chkoun ?  » (qui c’est ?).

Elle avait l’air très inquiet et m’a fait un signe comme pour dire  » je ne sais pas « .

Finalement, Mohamed est revenu au bout de vingt minutes. Sans un mot d’explication il m’a dit :  » Viens, on part !  » Nous n’avions même pas pris le thé…

Nous avons rejoint à pieds la bourgade la plus proche, à environ deux kilomètres. Mohamed m’a enfin expliqué, tout en marchant :  » Ce sont les services secrets. Ils savent tout de toi. Ils savent que tu pars demain, … Même le wali est au courant !  »

J’ai pris un taxi, puis Mohamed est reparti rassurer sa mère. Nous avons convenu d’un rendez-vous en ville à 17 heures.

Mohamed n’est jamais venu. Les hommes étaient revenus pour lui ordonner :  » Tu ne la revoies plus !  » Le soir même j’étais arrêtée dans la rue, conduite à la Sécurité nationale et interrogée pendant une heure. Tous ceux que j’avais fréquentés durant mon séjour avaient été interrogés eux aussi.

L’Etat surveille de très près ce qui se passe dans les bidonvilles et les banlieues populaires qui se développent de manière tentaculaire aux alentours de Meknès. Il paraît que de ce  » terreau  » sont issus la plupart des terroristes salafistes marocains.

Juillet 2005

3 réflexions sur “Maroc : bidonville de bougraa. Visite écourtée…

  1. Voilà, j’ai donc ma réponse à la question, c’est grâce à Mohamed que vous avez pu faire ce reportage dans le bidonville. Il s’en est fallu sans doute de peu pour que vous ne puissiez rapporter vos photos.
    Si j’ai bien suivi, ce bidonville n’existe plus aujourd’hui, avez-vous des nouvelles de Mohamed ?
    Merci en tout cas pour ce périple et faites attention à vous pour la suite, ce monde devient de plus en plus dangereux, c’est de pire en pire !

    J'aime

  2. Aaah, ce dénouement de l’affaire me rassure, je craignais que les moeurs de la police politique aient changé. Mais bon, je trouve qu’il y a de la part de ces flics un peu de laisser-aller par rapport aux décennies précédentes – les années Hassan. Avoir mis tant de temps pour procéder à une interpellation et avoir laissé une journaliste repartir avec des photos, sans même lui avoir confisqué son appareil…
    Les temps changent… ;-))

    J'aime

  3. Je vais faire seulement un commentaire dans une phrase… »quelquefois c’est nécessaire regarder où lancer la coquile de banane,car il y a quelques que n’a rien pour manger! »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s